Pour titiller M. Sarkozy ! La Turquie à l'heure de l'euro.

Publié le par Ronuick

Ouille, je vais me faire repérer... Après le "Sarko je te vois !" c'est "Sarko, la Turquie est dans l'Europe !". Remarquez, ça ferait plaisir à Obama, à ce que j'ai compris.

 

 Vous savez que certaines pièces de monnaie se ressemblent furieusement. Nos pièces de 2 euros sont pratiquement identiques aux pièces de 10 bahts thailandaises (avec le temple de Wat Arun), dont la valeur intrinsèque est évidemment bien différente ! (cours du jour : 10 THB = 0.23 €). Mais, malheureusement, certains pièces se retrouvent "par inadvertance" dans les tiroirs caisses. 

 Je pourrais aussi parler des anciennes pièces de 10 FF  que l'on retrouvait mêlées à celles de 1 Euro. Les 10FF étant toujours utiles pour les chariots de supermarché, elles servaient au moins à quelque chose ! Il y avait aussi quantité d'autres pièces qui ressemblaient peu ou prou à nos pièces européennes, dont l'un des défauts est de pas être uniforme (bien que ce soit un intérêt pour les collectionneurs).

 Comme les pièces ont toutes une face nationale, et que l'on est pas forcément au courant de toutes les spécificités de chaque pays européen, il est assez facile de confondre le temple de Wat Arun avec le profil du château de Schwerin (Mecklemburg-Poméranie) ! Et s'il est également possible de confondre un profil avec un autre (du genre Albert II de Belgique avec Mustafa Kemal Attaturk) si on ne connait ni l'un ni l'autre, ajoutez à cela que chaque pays frappe des monnaies commémoratives, vous arrivez rapidement à une variété de pièces de 1 et de 2 euros assez impressionnante ! (16 pays en excluant les "réservés aux collectionneurs" que sont Monaco, le Vatican, Andorre et St Marin, et avec chacun de 1 à 6 variantes... )

 

 Vous comprenez que le fast-food, avec la rapidité des échanges qui ont lieu, le côté novice de certains employés (je dois aller plus viiite sinon le client - ou le manager - va me streeesseeer !!!! ), il soit relativement aisé de substituer des pièces à d'autres. Ca confine à la malhonnêteté, non ?

 Les échanges fréquents avec des pays "au soleil" font ainsi que l'on se retrouve avec des pièces marocaines, turques, thaïlandaises en quantité non négligeable. J'ai même eu des pièces Italiennes de 500 lires ... A chaque fois, c'est un trou de 2 euros dans la caisse. Oh, c'est pas beaucoup ! Surtout pour une grosse boite, vous direz-vous ! C'est un moyen comme un autre de se faire un petit bénéfices aux dépends du "grand empire néo-colonialiste et libéral". Oui, c'est bien, on vous félicite pour votre militantisme, mais :

 

- c'est le caissier qui est responsable de son caisson. En cas d'écart, c'est sur lui que ça retombe. Accepter une mauvaise pièce une fois ça arrive à tout le monde, mais plusieurs fois, ça peut entraîner des sanctions. Ben oui ! Car :

- 2 euros c'est pas grand chose une fois. Vous multipliez ca par toutes les fois où ca peut arriver par jour, et puis vous faites le compte !

 

Mais "Yaka" faire attention ! facile à dire ! Faire attention veut dire ralentir le mouvement. Prendre un peu de temps. Et puis se demander aussi si Mustafa Kemal Attaturk (déjà cité, mais on n'a pas expliqué qui c'était : le fondateur de la Turquie moderne, suite à la chute de l'Empire Ottoman à la fin de la Première Guerre mondiale. ) n'est pas un dirigeant européen comme ceux dont on voit les profils sur les pièces. (+ celui de Dante ) Bref, ca n'irait pas avec le souhait de la clientèle qui veut que tout aille vite !

 

 Un jour, une employée était chargée de l'encaissement extérieur. Derrière ce vocable barbare se cache une innovation du "drive". S'il y a l'effectif maximum à chacune des extrémités de la ligne du drive (prise de commande et délivrance de la commande), il y a un "creux" au niveau de l'encaissement (oui, les gens mettent du temps parfois à payer). Pour soulager le caissier, on lui adjoint un collègue qui est chargé d'encaisser les commandes directement à l'extérieur, en remontant éventuellement la file de voiture.

Arrive donc une cliente qui déverse littéralement dans la main de l'employée une masse de pièces de ce qu'il semble être des pièces de 2 euros. Un sacré paquet, en tout cas, pour régler une commande qui n'était pas moins importante.

"Bon, jé vous enlève les pièces tourques", fait l'employée avec son accent italien.

La cliente ne se démonte même pas. "Mais la Turquie fait partie de l'Europe !" qu'elle fait. Je me doute que les oreilles d'un certain chef de l'Etat ont du siffler, au moins autant qu'à cause des rumeurs qui circulent actuellement.

 

 L'employée, tout en continuant à écarter les pièces, lui sort : "Non, c'est pas le cas. Et si ca l'était, de toute manière on n'accepte même pas les livres anglaises, alors..."

 La dame a du ravaler sa honte d'avoir essayé de filer une vingtaine de pièces de 1 livre turque pour payer par chèque. ben non, on ne les accepte pas ! Donc, elle a du sortir enfin un billet de 50 euros. Ouf ! Je sais pas vous, mais moi, j'ai eu de sacrés soupçons sur l'honnêteté de cette dame.

 

 Vous me direz, toutes ces histoires datent d'un certain temps puisque certains "Maudits Français" au Québec utilisaient des pièces de 20 centimes en lieu et place des "quarters" canadiens dans les péages automatiques. C'était dans les années 60.

Publié dans Société

Commenter cet article

legleg 22/04/2010 15:05


J'habite en Turquie, et, il m'arrive de confondre ces 2 pièces lorsqu'elles se retrouvent dans mon porte-monnaie. (lors d'un séjour en France par ex) Même si on a l'habitude, on se trompe
facilement.
Mais dans le cas de ta dame, je doute qu'il s'agisse d'une erreur...