Ah, le bon vieux TEMPS...

Publié le par Ronuick

Les grands auteurs savent s'inspirer du réel, et la grande Agatha Christie n'a pas échappé à la règle. Son roman "Le Crime de l'Orient Express", porté à l'écran en 1974, s'inspire d'une situation réelle : le blocage du train mythique dans une tempête de neige en Europe Centrale durant près de deux semaines.

Aff_ciwl_orient_express4_jw.jpg

 

 Surpris par la neige, le train a été piégé par les congères (le film a d'ailleurs été tourné sur l'ancienne ligne Pontarlier -Gilley, dans le Haut-Doubs, parfois surnommé le "petit Canada", expression préférée à "Petite Sibérie" qui renvoie à des images goulaguisantes), et les occupants ont vite du s'habituer aux conditions spartiates.

Sans combustible, la locomotive (à vapeur, en 1929) ne pouvait plus réchauffer les wagons, et les vivres ont commençé à manquer. Bien sûr, tout finit bien et le train put repartir vers sa destination, Istambul, où la Compagnie Internationale des Wagons-LIts, qui exploitait le train, mit à disposition de ses passagers un cahier de doléances.

 

 A votre avis, comment les passagers, en arrivant enfin avec deux semaines de retard, se défoulèrent sur la CIWL ? Eh bien ils n'en firent rien. Il n'y eut aucun reproche fait à la compagnie, après deux semaines passées dans le froid et sans plus de nourriture durant plusieurs jours.

 

N'est ce pas à méditer, à notre époque où l'on fait tout un patacaisse pour dix minutes de retard en train ou un hamburger qui manque dans une commande ?

Oui, bien sûr, vous allez me dire : "C'était une autre époque, on avait le temps". Certes. Mais deux semaines, pour ces happy fews, ce n'était pas rien. D'autant que si certains étaient des oisifs (et n'avaient que ça à faire, finalement, attendre), d'autres étaient des gens d'affaires (en général des hommes d'affaires, à l'époque) qui perdirent durant cet arrêt imposé plusieurs contrats certainement.

 

 La question qu'il faut donc se poser est : est-ce vraiment normal que l'on en soit arrivé là ? Pourquoi vouloir aller toujours plus vite, alors que nous vivons deux fois plus longtemps qu'à cette époque ? Pourquoi s'en prendre aux lampistes avec toute notre hargne lorsque nous "perdons" 10 minutes ? 

Je vous donne donc un bon conseil : préparez vous à "perdre" du temps. Pour cela, ayez toujours un livre avec vous et quand bien même vous n'avez pas envie de lire, alors ouvrez grand les yeux et votre esprit à ce qui se passe lorsque vous êtes "bloqués". Le corps ne peut bouger, mais l'esprit oui : c'est en observant, en s'obligeant à s'arrêter parfois que l'on débloque son esprit et que l'on se surprend à avancer ensuite beaucoup plus vite.

Publié dans Société

Commenter cet article

clovis simard 13/04/2012 13:31


Blog(fermaton.over-blog.com)Mathématiques de la conscience humaine.No-29,  -FINITUDE-(LE TEMPS ??)

Extincteur 31/10/2011 21:27



N'oublions pas que dans les années 30, se déplacer n'était pas aussi anodin que maintenant !


C'était dans certains cas une véritable expédition !



madwolf 30/09/2011 14:28



HS : J'ai un souci avec un établissement en particulier de l'enseigne du clown. La bouffe est quasi immangeable, même les frites sont dégueu. Il me semblait pourtant qu'il y avait des normes
strictes et un contôle qualité régulier. En tout cas, celui là donne une image déplorable de la chaine. Le consommateur a t'il un endroit où signaler ce genre de choses ?



Ronuick 02/10/2011 12:45



Oui, bien sûr, au service client de la dite marque. Je peux t'assurer que l'info est ensuite vite répercutée au niveau du restaurant en question !



madwolf 30/09/2011 14:23



Un bémol, Maître de la speed bouffe.


Le personnel s'est plié en quatre pour chercher du ravitailement et du combustible pour les passagers. Il aurait fallut, à ces gens éduqués, faire preuve d'une mauvaise fois inouie que d'aller se
plaindre ensuite de ce personnel.


L'aventure m'est arrivée deux fois par le train sur la ligne paris - Rome dans les années '80, ou nous nous sommes retrouvés coincés de nuit dans les alpes, du coté de Chambery, bloqué par la
neige. Pas de chauffage dans les wagons, mais surtout AUCUNE information par les controleurs, le personnel des wagons lits, le chef de train ou le chef de gare. Perso, cela ne m'a posé de
problèmes, j'avais une couverture sur le dessus du sac à dos, un pull de grosse laine, une bouteille d'eau (le bouquin était inutile de nuit sans éclairage), mais il est clair que le service
proposé par la SNCF ne vallait pas celui de l'Orient Express. Certes, le prix du billet n'était pas le même non plus.


Les deux derniers hivers, cela m'est arrivé de voir des vols annulés suite aux problèmes de neige sur l'Europe. A partir du moment où l'information est donnée et qu'une procédure de remboursement
ou de décalage de billet dans le temps se met en place, il n'y a pas de matière à se plaindre. Les passagers qui faisaient la queue comme moi avaient bien compris la situation et personne
n'élevait le ton ou s'en prenait aux hotesses.


D'ailleurs, il est inutile de s'en prendre au premier venu pour passer sa hargne. En cas de force majeure, il n'y peut rien, et lui prendre le tête ne fera que provoquer plus de problème. Quand
on voyage, on doit être prêt à avoir des contretemps. Aujourd'hui, l'important est devenu la destination, alors que c'est le temps du voyage qui est enrichissant. Beaucoup de gens se savent plus
voyager.



Ronuick 02/10/2011 12:47



Oui, c'est vrai que l'info est la première des choses à donner aux passagers. POurquoi est-on bloqué ? Bien sûr, cela ne changera rien à la situation, mais on a au moins un ordre d'iodées. Un
accident de personnes, c'est minimum deux heures (et une pensée pour le desespéré qui s'est jeté sur la voie), alors qu'un arrachage de caténaire... Il vaut mieux attendre la loco diesel de
secours !


Mais cela revient à faire une critique de notre société du "juste à temps" qui ne tolère plus aucun contretemps, malheureusement. Comme disait quelqu'un : "En avion, on se déplace, en train, on
voyage".


 



Eric Pomme 20/09/2011 00:49



Donc, ils ont perdu du temps à cause du temps et ils n'ont pas réclamé d'indemnité sous prétexte que time is money ? C'est vrai que de nos jours, c'est impensable !