Lundi 19 septembre 1 19 /09 /Sep 14:43

Les grands auteurs savent s'inspirer du réel, et la grande Agatha Christie n'a pas échappé à la règle. Son roman "Le Crime de l'Orient Express", porté à l'écran en 1974, s'inspire d'une situation réelle : le blocage du train mythique dans une tempête de neige en Europe Centrale durant près de deux semaines.

Aff_ciwl_orient_express4_jw.jpg

 

 Surpris par la neige, le train a été piégé par les congères (le film a d'ailleurs été tourné sur l'ancienne ligne Pontarlier -Gilley, dans le Haut-Doubs, parfois surnommé le "petit Canada", expression préférée à "Petite Sibérie" qui renvoie à des images goulaguisantes), et les occupants ont vite du s'habituer aux conditions spartiates.

Sans combustible, la locomotive (à vapeur, en 1929) ne pouvait plus réchauffer les wagons, et les vivres ont commençé à manquer. Bien sûr, tout finit bien et le train put repartir vers sa destination, Istambul, où la Compagnie Internationale des Wagons-LIts, qui exploitait le train, mit à disposition de ses passagers un cahier de doléances.

 

 A votre avis, comment les passagers, en arrivant enfin avec deux semaines de retard, se défoulèrent sur la CIWL ? Eh bien ils n'en firent rien. Il n'y eut aucun reproche fait à la compagnie, après deux semaines passées dans le froid et sans plus de nourriture durant plusieurs jours.

 

N'est ce pas à méditer, à notre époque où l'on fait tout un patacaisse pour dix minutes de retard en train ou un hamburger qui manque dans une commande ?

Oui, bien sûr, vous allez me dire : "C'était une autre époque, on avait le temps". Certes. Mais deux semaines, pour ces happy fews, ce n'était pas rien. D'autant que si certains étaient des oisifs (et n'avaient que ça à faire, finalement, attendre), d'autres étaient des gens d'affaires (en général des hommes d'affaires, à l'époque) qui perdirent durant cet arrêt imposé plusieurs contrats certainement.

 

 La question qu'il faut donc se poser est : est-ce vraiment normal que l'on en soit arrivé là ? Pourquoi vouloir aller toujours plus vite, alors que nous vivons deux fois plus longtemps qu'à cette époque ? Pourquoi s'en prendre aux lampistes avec toute notre hargne lorsque nous "perdons" 10 minutes ? 

Je vous donne donc un bon conseil : préparez vous à "perdre" du temps. Pour cela, ayez toujours un livre avec vous et quand bien même vous n'avez pas envie de lire, alors ouvrez grand les yeux et votre esprit à ce qui se passe lorsque vous êtes "bloqués". Le corps ne peut bouger, mais l'esprit oui : c'est en observant, en s'obligeant à s'arrêter parfois que l'on débloque son esprit et que l'on se surprend à avancer ensuite beaucoup plus vite.

Par Ronuick - Publié dans : Société
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Retour à l'accueil

À lire aussi…

Kesako ?

  • : Alors, il vient ce hamburger ?
  • : Regard sur une fast-clientèle. 10 ans d'expériences, de réactions incroyables, de comportements aberrants. Egalement un peu de réflexion !
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Suremballage...

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés