Pipi caca - Ronuick est scato ?

Publié le par Ronuick

Ce week-end, pour la fête des mères, qui coïncidait aussi avec mon anniversaire, mes parents m'ont invité dans un restaurant que je qualifierais de "chicos".

 Du genre où l'on ne va pas tous les jours et moi jamais. Où l'on se demande ce qu'il y a sur la carte ("Prince des Mers dans sa Sauce des Fruits de la Provence") et où la taille de l'assiette est inversement proportionnelle à son contenu, mais proportionnelle à l'addition.

 Mais il faut dire que j'ai été agréablement surpris. Le service était classe, bien sûr, mais pas coincé. J'étais en "jean" et c'était très bien ainsi. Bon, je n'ai pas mangé grand chose parce que je suis difficile et que dans chaque plat il y avait un ingrédient que je n'aime pas, mais le peu que j'ai mangé était excellent.

Et là vous allez me dire que j'ai pêté un câble, car  j'ai été impressionné par les toilettes. Les WC, les cabinets, les Waters, la salle du trône, "là où même le Roi va tout seul" (ce qui n’est pas vrai) ou, plus vulgairement, les chiottes.

 Ah, les toilettes. C’est bien l'endroit d'un logement que l'on voudrait cacher mais qui nous rappelle quotidiennement notre condition d'humains, que l’on soit caissier de fast-food ou Président de la République ! (Imaginez voir M. Sarkozy sur ses toilettes, avec Mme qui crie « n’oublie pas de tirer la chasse ! »)

 Et la fréquence de nos visites dans ce lieu unique vaut diagnostic sur notre état de santé. Il n'y a qu’à voir les pubs à la TV : soit on essaie de vous vendre un laxatif, soit, au contraire, on essaie de vous solidifier tout çà...

Bref, quand vous arrivez au juste milieu, ni trop mou ni trop dur, vous êtes heureux et béni des dieux. Et vous profitez vraiment de vos toilettes. Vous y mettez même, en réserve, de la lecture (parfois salace il parait) ou, pour les plus cérébraux, des mots-croisés (« Il vide les baignoires et remplit les cabinets », en 8 lettres : entracte) ou des sudoku.

Une petite page glorieuse de l’Histoire de Frâânnce :

A l'époque de Louis XIV, en tout cas au début de son règne, étaient mis "sur le marché" des "brevets d'affaires". Ceux-ci, moyennés fort cher,  permettaient à ceux qui les achetaient d'accompagner sa royale personne alors qu'il prenait ses aises sur ce que l'on appelait la "chaise d'affaires", autrement dit la chaise percée, que les Anglais appelaient « French Courtesy ».  On pourrait y penser pour renflouer les caisses de l’Etat, non ?

422px-Louis XIV of France

Vous l'imaginez ainsi sur sa chaise percée ?

 


Rappelons que ceci n'a pas vraiment eu lieu à Versailles où la Cour ne s'installa qu'en 1682, au milieu d'un chantier dantesque et continu. En tous les cas, l'ambassadeur vénitien, Primo Visconti, trouvait la coutume fort étrange, et, pour parler franchement, assez dégueulasse. C'est qu'on savait vivre de l'autre côté des Alpes...

Mais pourquoi cet engouement pour le caca royal ? Vous me direz, aujourd'hui, on s'arrache le slip trempé de sueur de n'importe quelle rock star, et je ne sais pas quel prix atteindra aux enchères le soutif de Lady Gaga...

C'est que les selles, c'est un truc très sérieux. D'ailleurs, notre expression favorite le matin veut tout dire : "Hé, Salut, truc, comment va-tu ?" Sous entendu : comment va-tu... à la selle ?

Parce que comme vu plus haut, la manière dont on va aux toilettes nous renseigne sur notre état de santé. Donc, en tout logique votre interlocuteur devrait répondre :

- Non, j'ai la chiasse.

-Non, ca veut pas sortir, c'est aussi bouché que le péage de Roussilon un WE d'août (et là vosu grimacez de sympthie oir lui, vous avez déjà connu et une douleur souvenir vous revient)

- Oui, ca va. Il a un beau fumet, une belle robe, il s'allonge bien et ne flotte pas (tout le monde connait le drame de l'étron flotteur).

Donc, les selles du Roi présageaient de sa santé, et donc de celle du Royaume. C’est mieux que Madame Soleil !

La boucle est bouclée, revenons à nos étrons... euh... moutons.

 

Pourquoi est-ce que j'étais fasciné par mes chiottes de restau chic (euh, question classe, on dirait plutôt "cabinet d'aisance") ? Parce que c'était nickel !

Quand je suis rentré, j'ai voulu chercher mes lunettes de soleil ! Et même celles que j'avais gardées de l'éclipse de 1999 !

 Et je me suis dit : merde, comment font les Inuit sur la banquise pour ne pas être avauglés par tout ce blanc ? (Ils ont un os percé de deux minuscules trous mais j'avais pas d'os sous la main).

Et puis c'est bath, hein ! Tout propre, ca sent bon, pas une trace, on pourrait presque prendre cela pour une fontaine, dites-donc. En gros : ca donnait ça :

mister-clean.jpg

 

Et tout à mon affaire (là, pas de dessin) , je me demandais pourquoi est-ce que là, c’était propre, nickel, chrome, tungstène, et qu’on retrouvait souvent les toilettes « communes » comme ca :

19868 304996297337 82302092337 3542601 437022 n

Les toilettes communes ? Ce sont celles des fast-foods, celles des stations services, des campings…

Dans mon resto, j’ai vu des étrons à côté de la cuvette, ou carrément tartinés au mur (toute ressemblance avec une pâte à tartiner n’est pas à évoquer) … Ou encore la cuvette sciemment bouchée par du papier, et même les urinoirs…

Vous imaginez ? Qu’il y ait encore quelques « traces » non nettoyées, passe encore. Mesdames, vous râlez assez contre vos Jules à ce propos.

Et puis le pipi à côté (oui, certains hommes sont assez prétentieux… )  ou encore la lunette relevée. (Il parait que le fait d’abaisser la lunette et le couvercle c’est feng-shui et éloigne les mauvaises ondes de ce point d’eau).

Cela passe pour de la distraction, un peu de je m’en foutisme.. Mais chier délibérément à côté ! Il y a préméditation !  Volonté de salir, de crader, de dégueulasser, bref, de nuire.

Parce que le trou est assez gros pour viser dedans, non ? On s’assied, et on pousse ! Même dans les urinoirs (mesdames vous ne le savez pas, je vous le livre en scoop) il y a des mouches dessinées là où il faut viser.

Et le petit garçon qui sommeille en chacun de nous joue alors au pompier ou au pilote de chasse. Piou piou la mouche est morte ! (vous remarquerez la version très tendance pour la coupe du monde)

 

Bref, on déploie des trésors d’ingéniosité et des crétins défèquent à côté, dans le seul but de… faire chier ! Pourquoi là et pas au restaurant chic ? Est-ce une question de revenus ? D’éducation ? Non, tout simplement un signe de mépris.

 

Mais alors, pourquoi vous venez si vous nous méprisez tant ????

 

PS : « Prince des Mers dans sa Sauce aux Fruits de la Provence » = Sardine à l’huile d’olive.

PPS : Il suffit souvent de faire une remarque désobligeante à un client pour qu’il se venge en laissant s’exprimer la partie la plus intelligente de son corps… Magnifique, non ?  

Publié dans Société

Commenter cet article

Sen 03/06/2010 13:36



ha, je vois qu'on a un tout petit point commun dans nos articles du jour, moi j'y évoque le caca fossilisé (ou coprolithe) j'ai vu ça dans un musée de la préhistoire, j'avais adoré!! comme quoi,
pipi-caca c'est universel et hors du temps!


sinon, pour illustrer tes histoires de toilettes, une fois on m'a volé le flacon de salon liquide (à moitié vide) au resto où je bossais. Pas mal hein? et plus trash : j'ai trouvé un jour une
clocharde ces frusques en bas des jambes en train de se laver le Q à grandes eaux avec de l'essuie mains le tout la porte grande ouverte! j'adooore!



Eric G. Delfosse 03/06/2010 05:22



Beuh ? Des mouches dans les urinoirs ? J'ai jamais fait attention, moi... Je regarderai lundi...


 


Pourquoi lundi ?


Parce que c'est seulement lundi que je vais sortir de Paris et que, donc, entretemps, je n'irai pas faire pipi ailleurs que chez moi...


Ha ? A moins que je n'aille dire bonjour à mon amie Karine à Nantes ?