Euh... t'es bete ou t'es idiot ?

Publié le par Ronuick

 

Grand classique :

 

- Un 280 ! (Notez l'absence de "bonjour" et de "SVP", autre grand classique !)

 

- Ah, désolé, il n'y en a plus ! (Lorsque la campagne est terminée ou, cela arrive, en cas de rupture de stock)

 

- Bon ben, un menu 280 alors !

 

Si, si, ça existe !

Publié dans "Blagues Belges"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Skylene 04/01/2011 14:33



Excellent :-) il faudra que j'essaie de taquiner une personne à la caisse un jour, en sortant un "vous êtes sûr(e) ?" .... Hum et puis finalement à la réflexion non, vu la pression que vous
subissez tous les jours je pense qu'il y a un moment où on n'a même plus envie de faire de l'humour...?



Mandy 01/12/2010 13:33



Autre grand classique marrant :


"Bonsoir, puis je vous proposer notre menu Giant ?"


"Non, c'est bon on va prendre un menu Giant!" (dis sur le ton méprisant de "me vends pas ta merde", bien sûr !)



Eric Pomme 29/11/2010 08:29



J'y penserai la prochaine fois (mais suis client très peu régulier)...


Allez, hop, je retourne jouer dans la neige...






Eric Pomme 28/11/2010 15:06



Incroyable quand même comme un "bonjour" ou un "SVP" peut faire des miracles sur le visage de quelqu'un.


Hier soir, j'étais en train de revenir vers Paris quand une envie pressante (de manger) m'a fait m'arrêter devant une enseigne où l'on sert des pains chauds et ronds avec de la viande (et du
fromage) à l'intérieur (si vous voyez ce que je veux dire).


L'heure de fermeture approchait à grands pas (il restait moins de dix minutes) et alors qu'on ne se connaissait pas dix secondes auparavant, j'ai eu droit à des kilos de sourire et à plein de
gentilles paroles de la part d'une serveuse qui pourtant était vidée, lessivée, claquée par je ne sais combien d'heures de travail (ça se voyait sur son visage qu'elle était fatiguée !).


Mais je lui avais dit "bonjour", je lui avais dit "s'il vous plaît", et quand elle m'a fait répéter ma commande deux fois parce qu'elle n'avait pas bien compris, au lieu de l'engueuler, j'ai
plaisanté avec elle sur le fait que d'habitude, c'était moi qui ne comprenais pas toujours ce qu'on me disait...


 


Toi, là-bas, si tu me lis (on ne sait jamais)... Sache que ton sourire a illuminé les cent vingt derniers kilomètres de mon trajet en voiture !



Ronuick 29/11/2010 07:53



Eh oui, un sourire ne coute rien et produit beaucoup ! Ce que je peux aussi conseiller, si tu as un eu de temps, c'est de le signaler au directeur du restaurant... C'est grâce à des clients
sympas que moi-même j'ai pu évoluer. En tout cas, ca ne pourra pas faire de mal à cette demoiselle !