Vive l'Europe : Episode 1: la "Tankstelle"

Publié le par Ronuick

N'allez pas vous méprendre, j'aime l'Europe et je passionément Européen (même si je ne le suis qu'à moitié !). Bien sûr, l'UE est loin d'être parfaite, mais en même temps elle n'a que 60 ans. Les USA ont plus de 200 ans et ils sont loin d'être parfaits également.

Pourquoi j'aime l'UE ? Parce que depuis 60 ans nous vivons en Europe (Occidentale du moins) une période de paix sans précédent dans l'Histoire. Cela doit remonter en fait à la "Pax Romana". Regardez voir les relations franco-allemandes : on s'est tapés dessus en 1870 (et avant cela sous Napoléon) en 1914-1918 puis en 1939-45. Depuis ? On est copains comme cochons, amis, mêmes, et on se dispute souvent (comme de vrais amis) mais sans sortir les armes...

Dans la région où je vis, les guerres on connait. L'Alsace a été disputée entre nos deux nations durant plus d'un siècle, et à chaque guerre mondiale les Alsaciens ont du combattre pour l'Allemagne. En 1914 parce que l'Alsace était Allemande suite au traité de Francfort qui mit fin à la guerre de 1870-71 et, plus grave, car contraire aux lois de la guerre (oui, il y en a !) à partir de 1942 lorsque les jeunes Alsaciens furent enrôlés de force dans la Wehrmacht et la Waffen SS.

 On connait tous (ou pas ?) le fait que des Alsaciens "Malgré-nous" aient participé au massacre d'Oradour (un excellent docu hier soir sur France 5) : leur procès a divisé la France : l'Alsace voulait qu'on reconnaisse la tragédie de ces hommes qui, s'ils ne revetaient pas l'uniforme voyaient leur famille déportée à Schirmeck ou au Struthof, et les Limousins voulaient légitimement voir être punis leurs bourreaux. C'était en 1953, et les blessures se referment difficilement. Surtout lorsqu'on sait que le Sud-Ouest fut terre d'accueil pour des Lorrains et des Alsaciens évacués en 1939 à la déclaration de guerre. Ainsi, Strasbourg, en septembre 1939 ne comptait plus que 500 habitants, des fonctionnaires et des policiers.

Les grands oncles de la maman de mes enfants ont tous été, ainsi, enrôlés et envoyés en Ukraine. Ils sont tous revenus en désertant. Leur jeune frère, c'est à dire l'arrière grand-père de mes enfants, a été sommé de prendre la direction de la section des jeunesses hitleriennes locales. Ayant pris le maquis, il a du s'acquitter de sa tâche devant les menaces pesant sur sa famille. Mais jusqu'à sa mort il a souffert de cette période, il ne pouvait pas voir un uniforme. Il en est mort, littéralement, sans voir ses arrières petits enfants. 

Bref, revenons à nos moutons. L'hsitoire se passe il y a quelques années, lorsque je travaillais près de la frontière allemande (c'est à dire dans beaucoup d'endroits possibles en Alsace qui, rappelons le, est aussi française que Nice qui elle n'est plus italienne). C'était un 11 novembre (ce qui a son importance) et il faisait beau (ce dont on se fiche).

Le restaurant jouxte un supermarché et, en face se tient la station service du dit supermaché. Celle-ci, pour cause de jour férié, est fermée, et je vois un type qui y a garé sa voiture s'escrimer longtemps avec le lecteur de cartes. Je me dis "c'est un Allemand", vu que les cartes allemandes ont du mal à être lues (une histoire de puce inexistante).

Le type avise le restaurant, puis cours vers moi. Je me tiens à la fenêtre du guichet du drive (c'est calme, comme un 11 novembre) et je m'apprete à le renseigner lorsqu'il arrive à ma heuteur, fulminant.

"Chreu Chreu Chreu Cheru Tankstelle !"

En clair (scusez moi je n'ai pas fait Allemand LV1) je comprend qu'il me reproche que ma "Tankstelle" (Station Service) est fermée.

Ah, première nouvelle : McDo vend de l'essence !

Je lui explique que c'est fermé car c'est un jour férié.

Comment çà ?

Ben, c'est le 11 novembre.

Il ne comprend pas, alors je le laisse là un instant, je reviens avec une feuille de papier et un marqueur.

J'inscrit en gros : 1918 et je lui montre :

"Vous voyez, là, la Krieg, vous l'avez perdue, on l'a gagnée !"

Je sais, c'est très très très méchant !

Publié dans Mots doux

Commenter cet article

Ancalagon 06/09/2010 20:51



C'est mesquin, mais c'est très drôle



Ronuick 07/09/2010 08:29



Merci ! Je ne pense pas t'avoir déjà vu par ici... Mais c'est affreusement mesquin. Le rouge de la honte me submergeait à mesure que j'écrivais cet article...



Céline 06/09/2010 20:41



Oh ! Ronuick !


Le pauvre pas d'essence, pas de tuns ! Un peu de compassion tout de même...


Arf ! J'oubliais qu'en Alsace, on ne peut pas voir un Chleu en photo !


Il faut dire que sans aller jusqu'à Oradour, les Allemands ont rasé quelques villages dans le coin, ce qui a laissé un souvenir impérissable ! (Demandez à mon tonton René, tiens !)


 



Ronuick 07/09/2010 08:24



Ah les rapports Alsaciens-Allemands... C'est très très compliqué, et le fait que les "Français de l'Intérieur" confondent les deux n'arrange rien. Tiens, j'ai appris il y a peu que les Chleuhs
désignaient une tribu d'Afrique du Nord. Par extension, cela désignait l'ennemi qui, à partir de 14 était le Boche, le Frisé, le Fridolin...


 Mais en Alsace, les villages rasés l'ont plus été pour "vrais" faits de guerre (et non pas des crimes) lors de batailles acharnées comme à Hatten-Rittershoffen (Nord de la région)



Klatshmohn 06/09/2010 17:31



Alors, il a bien compris ? ^^


Il a réagi comment?


 






Ronuick 07/09/2010 08:24



Bof, il est parti sans demander son reste...



Eric G. Delfosse (Pomme) 06/09/2010 13:06



La Kriek ? Ça c'est une bonne bière belche, une fois !



Ronuick 07/09/2010 08:24



A la cerise, comme c'est écrit !



mam' Dez 06/09/2010 12:42



Ach!


Za êtrrre trrès mal!






Ronuick 07/09/2010 08:28



Ya volt ! comme dirait un Allemand qui se met les deux doigts dans une prise... ceci dit, mes deux enfants sont en section bilingue allemand-français et j'encourage leur maman à leur parler
alsacien.