Un peu de politique : légalisons la drogue !

Publié le par Ronuick

Je suis pour la légalisation de la drogue. Oui madame. Comme çà, paf. Et pas seulement du cannabis, mais bien de toutes les drogues : cocaïne, héroïne, amphétamines… Bref, tout le bazar. Pourquoi ?

 

1.    Parce que la situation actuelle relève de l’hypocrisie.

 

Nous connaissons en effet des drogues tout à fait légales qui causent tous les ans des ravages : je veux bien évidemment parler de l’alcool et du tabac. Pourquoi ne sont-elles pas interdites ? Oui, je sais, les esprits chagrins vont rétorquer qu’avec les réglementations de plus en plus drastiques c’est tout comme. Pensez-vous, on n’a plus le droit de conduire bourré !

Non, revenons à nos moutons. Pourquoi est-ce que l’alcool et le tabac sont autorisés ? Parce qu’ils rapportent beaucoup. Et cela est historique.

 

La France a toujours été un pays producteur d’alcool. eu vin, bien sûr, depuis que Rome nous a apporté sa civilisation et même avant. Et aussi de la bière et des spiritueux. C’est donc un fat culturel : la France produit de l’alcool, dont on connaît les méfaits depuis les temps bibliques.

Alors ? L’Etat, via des taxes idoines, gagne beaucoup d’argent sur la vente d’alcool. Et fait marcher l’économie, car si on interdisait l’alcool, vous imaginez les conséquences économiques en France ? Le vignoble ? A raser ! Le houblon ? Kaput ! Le cognac, ce monument de la gastronomie française ? Un souvenir pour touristes, sous forme de bouteille en verre plein…

 Et puis on est pragmatique pour une fois en France : on a vu qu’aux USA, la prohibition ne marchait pas (on y reviendra). Bref, on continue à vendre de l’alcool (et à empêcher au passage).

 

Le tabac a une histoire plus récente. Mais dès qu’il est arrivé en Europe, grâce à Nicot, en provenance d’Amérique, il a été taxé. Miam ! Une rentrée d’argent juteuse qui en plus s’est accompagnée d’une acclimatation de Nicotania tabacum dans notre pays. Aujourd’hui, l’industrie du tabac se fournit, en partie, en France. Ce sont là aussi des emplois assurés ! Pourquoi donc interdire le tabac qui rapporte autant ? (et qui en plus perme d’économiser salement de l’argent sur les retraites puisqu’en moyenne un fumeur ne vit pas vieux).

 

Et pourquoi ne pas autoriser les autres drogues ? Eh bien parce qu’il faut les importer, madame ! L’opium et la cocaïne sont surtout produits dans les pays tropicaux, comme d’ailleurs le chanvre indien, même si certains jardiniers amateurs ont réussi de ci de là de belles plantations

 

2.    Parce que l’interdiction des drogues n’empêche en rien sa consommation.

 

La prohibition des années 20 aux USA aurait du nous mettre la puce à l’oreille : on aura beau interdire la consommation d’un produit, il sera toujours aussi attirant, sinon plus. Car c’est bien connu : l’interdit excite les convoitises. Alors, quand on n’a jamais goûté, on cherche à tout prix à « savoir ce que ça fait » et c’est là qu’on essaie et qu’on se retrouve piégé.  Ainsi, malgré la débauche de visibilité pour le sexe, est-ce que l’âge moyen du premier rapport sexuel a baissé en France ? Non, ou si peu : la « libéralisation du sexe » n’a pas causé une augmentation de l’activité sexuelle des  adolescents.

 Alors que si maintenant je veux me mettre à consommer un produit interdit,  je me donne, allez, une journée pour savoir où et comment me procurer de la dope. C’est sûr, j’en paierais le prix ! Mais je l’aurais…

 

3.    Parce que c’est ruineux pour les finances publiques.

 

Imaginez les milliards dépensés pour la lutte contre la drogue. Un vrai gouffre financier. Pour quels résultats ? Une consommation en hausse, des pays producteurs qui produisent toujours plus… Alors que si on légalisait le trafic, l’Etat récupèrerait des taxes non négligeables (comme sur le tabac et l’alcool).

Pour le consommateur de drogue l’opération serait blanche (sans mauvais jeu de mot) car la légalisation ferait s’effondrer les prix. Car on paie aussi la clandestinité et la protection des réseaux. On arrêterait donc de dépenser des milliards en pure perte et en plus on (l’Etat) se remplirait les poches.

 

4.    Parce que le véritable danger est lié au trafic et non pas à la consommation.  

 

Les drogues sont-elles dangereuses ? Certainement, car on parle toujours d’overdoses.

 

Mais bon soyons réalistes, on meure plus dans notre pays de sédentarité (vive le vélo à la place de la voiture pour les trajets urbains en autosolisme), d’alcoolisme, ou du tabac, ou encore d’accidents domestiques.

 

Le plus dangereux, dans l’histoire, c’est la rivalités de réseaux de distribution et la guerre contre la drogue. Avec armes lourdes s’il vous plaît.

Quand la bande A dispute un territoire à la bande B et qu’elle gagne la « bataille », elle fait main basse sur un quartier, et s’y incruste si bien que même un Sarkarcher  ne peut les déloger.  

 A t-on vu des buralistes se battre à coup de kalachnikov pour se faire un territoire de chalandise ? Ou bien deux pharmaciens ? Ou bien deux vendeurs de vin ? Perso, je vais chez l’un ou l’autre buraliste sans problème. J’y entre au vu et au su de tous, et j’en sors sans être inquiété.

 

Et le phénomène récent des « go-fast », c’est pas dangereux, çà ?

 

Légalisons la drogue et on fait tomber d’un coup la source de financement principale de la grande criminalité. Faisons des dealers des gens honnêtes et imposables, ce sera toujours ça de gagné dans la lutte contre l’économie souterraine. Rassurez vous, les revenus qu’on trouve horripilants de ces caïds seraient vite lissés : un prix en baisse, des taxes sur le produit de la vente, mais également des dépenses en moins pour ces amoureux de grosses bagnoles : moins d’armes à feu, de munitions. Ca compte dans les faux frais. Bref, gagnant gagnant !

 

 

 

 

5.    Parce qu’il y a des trafics bien plus dangereux

 

Si je veux me droguer, je peux le faire. C’est mon choix (c’est un peu plus compliqué que ça mais voilà l’idée générale). Si maintenant on légalise la drogue, alors le dealer du coin deviendrait un commerçant comme un autre. Il vend de la marchandise et fait un bénef. Je ne  vois pas un criminel en la personne de mon buraliste !

 

Par contre, s’il y a un truc que je ne supporte pas, c’est le trafic d’êtres humains. Oui, vous savez, toutes ces filles qu’on emmène des 4 coins du monde sur les trottoirs de nos villes, vous croyez qu’elles ont choisi cette vue d’enfer ? Viols (de la part d’un client ou du réseau) , violences, esclavage… Je trouve cela plus sordide que la drogue !

 

6.    Parce que les policiers ont autre chose à faire

 

Veiller à la sécurité de leurs concitoyens, lutter contre les trafics d’êtres humains : une tâche plus facile si les armes et les crimes liés à la drogue disparaissent faute de marché !

Revenons sur les moyens déployés et si peu efficaces contre la drogue : chiens dressés (que l’on pourrait employer contre les terroristes, qui du coup perdraient les revenus d’un trafic devenu légal et encadré), hélicoptères (qui coûtent horriblement chers et pourraient être utilisés par les services de secours ou contre la délinquance routière), équipe d’enquêtes touffues.

N’y a t-il pas plus décourageant pour un policier que de faire une saisie record et de se dire que, de toute manière, ce n’est là qu’un faible pourcentage de ce qui passe tous les jours ? Que lorsqu’un réseau tombe, un autre prend presqu’aussitôt sa place, etc.

 

7.    Parce que la santé publique y gagnerait

 

Etre cynique, c’est dire que si un drogué souffre de sa condition, c’est de sa faute.

 

Ce n’est pas vraiment vouloir l’aider à s’en sortir !

 

Mais revenons un peu à la situation d’un fumeur : ce comportement est tellement visible dans notre pays qu’il ne viendra à personne l’idée de mettre un fumeur au ban de la société (bon, on me dira on les mets déjà au ban des espaces publics). Mais un fumeur qui veut s’en sortir peut trouver du conseil. Plus difficile pour un drogué qui sait déjà qu’il faut un acte répréhensible.

 

Et reprenons tout l’argent économisé sur la lutte contre la drogue pour faire une véritable politique de prévention !

 

8.    Parce que les sociétés des pays de production y gagneraient.

La culture de la drogue est rentable uniquement pour les bonnes de la drogue : ce sont eux qui font les marges les plus importâtes. Si le prix de vente baisse, alors cela se répercute sur toute la chaine et à la base, le paysan a plus d’intérêt à cultiver des plantes vivrières, plus respectueuses de l’environnement et de la santé.

 

Si l’on veut réguler le marché et, à terme, le faire baisser, légalisons le.

 

 

Précision utile : je ne me drogue pas. Enfin, pas à tout ce que j'ai cité. Par contre mettez moi devant une meule de comté....

 

 

 

 

Publié dans Société

Commenter cet article

Alain 12/06/2011 21:32



Bonjour,


Je trouve votre manifeste bien fait (quoiqu'à mon sens peut-être incomplet...) et je vous félicite.


Je suis un homme de 50 ans, père de famille, je ne me drogue pas, mais la légalisation de toutes les drogues me parait inéluctable et sensée. Mon métier fait que je connais bien tous les effets
des drogues, psychotropes et autres psycho-actifs d'une part ; l'observation des conséquences sociologiques de la prohibition d'autre part m'amène à différencier en effet d'un côté les dangers de
ces produits (au sens large du terme "produit") de la législation.


Je prône ainsi la légalisation de toutes les drogues et, en priorité des drogues dites "dures" (par réaction aux inconscients qui ne prônent que la légalisation du cannabis et de ses dérivés).


Si mon avis vous intéresse, je vous propose d'en discuter plus avant avec vous par email.


 


Amicalement,



Bourgade Vincent 12/01/2011 12:27



Doit-on légaliser la drogue ?


Je ne sais pas vraiment, mais pour ce qui me concerne, ayant été victime d' une luxation de la hanche gauche, lorsque j' étais encore enfant, a présent que j' ai 48 ans, cette p*tain de hanche me
fait terriblement souffrir et le corps médical m' a dit que je devais me faire opérer pour une prothèse TOTALE de hanche, mais que mon poids actuel ne permettait pas une intervention. ( je pèse
102 kilos). Ent attendant je souffre le martyr, et j' ai un traitement a base de cortisone, et depuis Hier on m' a rajouté des ampoules a base de morphine. (mort-fine ?...).


 


Alors hier a pareille heure, ma souffrance était devenu tellement insupportable, que j' ai pensé a me suicidé. Alors si j' avais eu 1 gramme de Cocaïne, pensez-vous bien que je n'
aurais pas hésité a tremper le nez dedans, car il n' existe pas de mots pour décrire les maux don j' ai été victime hier, et qui malheureusement se produiront encore tant que je n' aurais pas été
opéré.


 


Cordialement.


 


VINCENT.    (VINVIN sur A-VOX) 



Didine 08/01/2011 15:08



Une reflexion très interessante.


Personellement je serais déjà pour la légalisation du canabis, pas que j'en consomme moi même, mais soyons honnête, l'herbe et souvent bien moins dangereuse que les cachets que les compagnie
pharmaceutiques nous font avaler pour se faire de l'argent ! D'ailleurs, aux états unis, elle est reconnue comme ayant des vertues thérapeutiques, après j'admet aussi qu'on ne peut pas décemment
prendre le volant sous les effets de la drogue ( comme pour l'alcool en fait ). Pour les autres drogues je suis un peu partagé, pas tellement a cause de leurs effets ou de elur dangerosité mais
plutôt parce que leur production est très polluante ( on rase des monceau de forêt amazonienne pour planter de la coca, on utilise des produits chimiques dangereux pour créer de la
métanphétamine... ) bref il y a pleins de paramètres à prendre en compte, et si les gros cartel ne peuvent plus faire de l'argent avc la drogue ne se rabattrons t-ils pas sur la vente d'arme ? (
qui est souvent liée à la drogue d'ailleurs ) enfin bref, un sujet épineux mais il est très interessant de soulever cette idée de légalisation que la majorité des gens "bien pensant" trouverait
scandaleuse.


 


Au plaisir de lire d'autres de tes pensées.


 


Didine.



Legleg 07/01/2011 15:10



C'est malin , maintenant, à cause de toi j'ai envie de comté!



Ronuick 07/01/2011 15:49



C'est dur d'en trouver en Turquioe je pense... Voilà le supplice de Tantale ! Mmmh je vais en manger ce soir...



Suzanne 06/01/2011 12:34



Bonjour


Je note vos arguments. Je ne connais pas le sujet, mais j'ai vécu en Espagne où la consommation du canabis est dépénalisée.


Il me semble que ça fait baisser le curseur de la perception de la dangerosité / de la transgression. Le canabis autorisé, on s'oriente plus vite vers la cocaïne.


A vérifier mais j'ai eu le sentiment que les jeunes espagnols se droguent davantage et à des drogues plus dures que les français.


Le débat m'intéresse, j'espère que les commentaires seront nombreux et respecteux.