Mieux que les sondages : une petite visite au drive...

Publié le par Ronuick

Les sondages, il paraît que c’est très utile à nos gouvernants pour connaître l’opinion du peuple, du petit peuple que nous sommes. Sauf que ca coute cher. Ben oui, c’est pas donné de se payer les services des cabinets spécialisés. Il faut concevoir les enquêtes, il faut employer des gens pour téléphoner, les rappeler éventuellement.

Non, croyez-moi ou pas, mais il y a bien mieux pour prendre le pouls de la population. Ou de la populace, vous choisissez le mot qui vous convient selon le rapport entretenu avec vos concitoyens.

Il suffit d’observer la clientèle du fast-food. Elle vous renseigne immédiatement sur l’état moral de la population, sachant que ce ne sont pas « 1002 personnes représentatives de la population » que vous pouvez toucher, mais près de 2 millions, qui vont quotidiennement au fast-food.

Oui, il y a les puristes qui vont râler, l’échantillon n’est pas représentatif. Soit.  Peut-être, je m’en contrefiche. Oui, carrément. Parce que vous pouvez très bien voir les effets de la crise que nous traversons sur le pouvoir d’achat des Français. C’est la crise ! Pas pour les fast-food, qui voient leur chiffre d’affaire augmenter. Oh, pas beaucoup, mais si quand même un peu. Ca veut dire quoi ? Pourtant, les gens, s’ils ont moins d’argent, sortent moins non ? Et puis el grand menu avec le menu enfant ben ca va quand même chercher dedans les… dans les… Enfin, vous savez bien.

 Oui, vous avez raison. Ce qui fait que ceux qui étaient ric-rac doivent se contenter de nouilles au beurre (ou nature), et se serrent la ceinture. Mais les plus riches d’entre nous, ceux qui allaient au « vrai » restaurant, se serrent aussi la ceinture, et vont au fast-food. C’est moins glamour, mais on sort quand même de chez soi, ce qui est l’effet recherché. En tant de crise, on résume : les pauvres bouffent à la maison, les classes moyennes continuent à aller au fast-food, et les riches ne vont plus chez Maximus mais au fast-food.

 Ensuite, vous pouvez déceler les variations plus immédiates du moral national. Une crise économique, ca se voit sur des mois, des semaines. Là, je parle d’événement qui touchent l’immédiat. Une déclaration du Président de la République, une catastrophe dans le Var ? Non. Un match  de l’Equipe de France.

L’autre soir, c’était France-Mexique. Je crois que même ceux qui sont sur la planète Mars (ou au fin fond du Sahara) en ont entendu parler. Faut dire qu’il y a du rififi chez les Bleus. Revenons un peu en arrière. Juste après le match. Forcément, les gens sont venus chercher à manger au drive (on a tellement sué sur le canapé qu’on a plus la force de marcher jusqu’au comptoir, et puis comme ca, il n’y a que le rétro pour voir nos larmes).

Là, le manager prend la commande d’un supporter. Comment est-ce qu’il le sait que c’est un supporter ?  Le type était tout simplement habillé de bleu, avec un maillot frappé d’on ne sait quelles lettres (ben oui, avachi qu’il est sur son siège).  A ce propos, si je comprends tout à fait la passion sportive, s’enticher d’une équipe pareille ou la majorité des joueurs sont des divas même pas capables de jouer pour leur pays (à l’inverse de joueurs comme les Algériens ou les Sud-Africains ou les… Mexicains) , me paraît être aberrant… Enfin, la passion ne se commande pas, y en a même qui sont fans de Johnny…

« Bonsoir ! » fait le manager d’un ton enjoué (il n’a pas vu le match et de toute manière il se fout du foot comme vous n’en avez pas idée ).

Le type ne lui rend même pas son bonjour. (Vous me direz, c’est pas le premier)

« Un Kingtruc avec des frites et du cola ». (Et donc pas de s’il vous plait, rien)

Morne, sans vie, sans rien. Le type, on a l’impression qu’il projette de se jeter avec sa bagnole dans le canal. Et qu’avec un peu de truc dans l’estomac, il sera plus lourd. Il a juste un regard pour son rétro, qui lui renvoie l’image de la France, la belle France complètement raplapla…. Il pourrait même s’y pendre avec son rétro. Avec son écharpe « Allez les Bleus ».


Oui ! Chers dirigeants, ce ne sont pas les retraites qui font peur aux Français, ni le chômage, ce sont les piteux résultats de l’équipe de foot.  Véridique !

Vous pourrez dire ce que vous voulez, ils s’en ficheront. La sitcom « Les Bleus sont Beaux » aura de toute manière plus d’audience. Vous pouvez augmenter la CSG, décréter la retraite à 85 ans, déclarer la guerre à je sais pas qui, supprimer les allocs, tant que le Mondial sera aussi catastrophique, ca passera comme une lettre à la poste.  

Il n’y a rien de pire que le mollet mou de Ribéry, les gros mots d’Anelka, la chasse au traitre façon caïd de cité d’Evra… Même « La vie est belle » n’a pas fait mieux. C’est Santa Barbara à Knysna.  Sur fond de vuvuzela à défaut de violons.

Vous gênez pas alors ! Même une nouvelle campagne de vaccination sera bien acceptée ! Il y a des graduations dans l’horreur et une fois qu’on en a supporté une, on peut tout supporter. Ce 2-0 amplement mérité, c’était l’horreur absolue, croyait-on, et on nous donne encore une pelle pour creuser plus profond.

Si vous ne me croyez pas, venez faire l’enquête sur les pistes du drive. Et s’il vous plait, soyez gentil de nous remplacer pour prendre les commandes, nous on a des matches à voir.

Publié dans Société

Commenter cet article

Mars 21/06/2010 12:32



ça s'appelle "belle la vie" ou un truc comme ça :p