Le pouvoir d'achat !

Publié le par Ronuick

Quelle expression à la mode, surtout en ces temps de "crise". Remaqruez, on en parle depuis fort longtemps, et tout cela s'est intensifié avec la campagne présidentielle de 2007 : chaque candidat voulait être celui du "pouvoir d'achat". Et ce n'était pas encore la crise !

Pouvoir d'achat ici, pouvoir d'achat là, on le met à toutes les sauces, sans se pencher rééllement sur ce que cela veut dire. Parce qu'on se dit tous que ce serait bien mieux si on gagnait plus, parce que la vie augmente (enfin, le coût de la vie...). Oui, sauf qu'on ne se rend pas compte que l'on se laisse berner par de plus en plus de services payants qui pour certains osnt un indéniable progrès, mais avec des limites. Exemples : Internet et le téléphone mobile.Mais la télé par abonnement, si quelqu'un peut me démontrer son intérêt, à part passer des heures devant le petit écran...

 Et puis pouvoir d'achat, c'est quoi ? C'est le pouvoir d'acheter. Donc on ne vaut que par l'argent que l'on détient et qui permet de faire marcher un système basé sur l'achat et la vente. De biens. De services. Mais de tout ce qui constitue l'humanité : l'amour, la passion, la haine, quid ?

le pouvoir d'achat, désolé de le dire aussi crument n'est qu'un étalon biaisé de notre qualité d'être humains. Ce n'est que du vent, puisqu'il "suffit" pour s'en soustraire de réfléchir à ses besoins : sans vivre comme des Papous, a t-on vraiment besoin de tout le dernier cri en matière de mode et de matériel éléctro-ménager ?

 J'arrête les esprits critiques qui diront : "Mais avec quoi t'écris cet article ?". Avec un ordinateur qui doit fêter ses 6 ou 7 ans, je l'ai eu d'occasion, et il fonctionne fort bien. Ma télé est un vieux truc de 36 cm de diagonale (oui ca existe encore) et je ne me vosi pas l'utilité d'acheter un écran plat pour suivre les piteuses prestations de nos "Bleus" au Mondial. La mode ? Je m'en contrefiche, comme en témoigne ma tenue actuelle et de hier et de demain. L'essentiel est qu'elle soit propre.

Bref, tout n'est qu'une question de paradigme : on doit consommer, et on doit nous en donner les moyens... Pour plus de bonheur ? Je vais très bien comme cela, merci !

Revenons à notre fast-foodie. Je ne sais pas si je vous avais parlé de l'indice BigMac. C'était au départ une galejade lancée par le quand même très sérieux "The Economist" en 1986. L'idée de départ ? Le Big Mac est comme l'Airbus A320 un produit standardisé, présent partout dans le monde. Là où ca devient un peu différent entre les deux, c'est que le BigMac est fabriqué partout et surtout peut être acheté par à peu près tout le monde (a moins que vous ne puissiez vous acheter un A320 autre qu'au 1/72ème)

Comme produit mondialisé, il y a le Coca qui est, comme le BigMac, fabriqué au moins en partie à partir de ressources locales. Ainsi l'eau qui sert à diluer le sirop dans les usines d'embouteillage provient des ressources locales. D'où quelques problèmes en Inde où l'eau contient de l'Arsenic.

 On se dit alors : quel est le prix du Gros Mac dans chaque pays du monde ? Et allez-donc, on fait ensuite des comparaisons, des tableaux entiers. On peut ainsi voir quel est le surcout du BM en Norvège par rapport aux USA ou au Nigéria... Où l'on peut établir le temps de travail nécessaire au salaire minimum pour se payer le sandwich. Ca peut aller de quelques minutes à une journée !

 Bien sûr, l'indice est devenu représnetatif de quelques petites choses, mais ce n'est pas la panacée. Il faut prendre en compte quantité de paramètres, comme les droits de douane, le marché intérieur et le goût du public qui peut influencer le prix...

 Mais moi je sais une chose : depuis 12 ans que je bosse à faire et à vendre des BM, j'ai en tête le prix du menu. Quand je susi arrivé, il était de 30 FF (4.57 €). Il est passé à 6.00 € en 2009 puis, avec la baisse de la TVA dans la restauration (répercutée en partie seulement dans les fast-food qui étaient déjà en partie à 5.5 pour la vente à emporter) à 5.70 €.

Soit, en 12 ans, une augmentation de 24,7 %... Par rapport à l'inflation, ca fait quoi ?

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le Petit Nicolas (mais en Plus Grand) 17/09/2010 16:33



En ce qui me concerne, je passe l'essentiel de mon salaire en sorties, et surtout, déplacements : j'adore bouger, et entre autre, me rend une fois par mois a Barcelone, j'estime que c'est ca
profiter de sa vie, et non posseder le dernier écran 3d qui ne sert à rien.


Ton intervieweur d'un jour ^^



Ronuick 20/09/2010 09:41



Il faut en effet profiter de notre vie pour tisser des liens sociaux. Comme le disait je ne sais plus qui : "Il n'est de richesses que d'hommes". Merci encore pour l'interview, je vois qu'elle
aiguille encore des lecteurs vers ce blog !



Klatshmohn 09/09/2010 14:05



Désolée de faire ma chieuse, mais... Du coup, pouruqoi ne corriges-tu pas, Ronuick, pour les gens qui ne lisnet pas les commentaires? ^^


 






Ronuick 10/09/2010 09:00



Au temps pour moi : c'était bien 1986 et en 2006, l'indice fêtait (fort logiquement) ses 20 ans.


Merci, voilà c'est corrigé !


 



Madwolf 09/09/2010 09:23



indice mac do créé en 1986.  source : http://www.economist.com/node/6972477



Madwolf 09/09/2010 02:36



Bonsoir.


Petite rectif le maitre des lieux m'y autorise : L'indice big mac etait cité par mon prof d'eco en terminale en 1988. Il est donc anterieur à 2006... .


Nous somme dans une societe de consommation où la croissance doit être positive... le pouvoir d'acheter, c'est le pouvoir de continuer à faire fonctionner ce système, qui ne peut pas durer... La
définition de l'épargne dont je le souviens en eco, il y a 20 ans , pour un trentenaire : 1/3 court terme (1 à 3 ans), 1/3 moyen terme (3 à 10 ans), 1/3 long terme (10 ans et plus), en ayant de
coté l'équivalent d'un an de revenu en prévision des pépins. Cela me semble très très très très compliqué aujourd'hui. En cas de coup dur, je pense que peu de gens ont de quoi faire face
durablement. Le pire étant de s'endetter, sauf pour un achat de long terme (voiture, logement, equipement de la maison...).



Ronuick 09/09/2010 08:45



Je partage ton point de vue sur l'endettement, qui doit être utilisé à bon escient ; c'est un très bon outil, mais comme tos les outils il peut être mal utilisé. La caricature étant le fait de
s'endetter pour des vacances !



Klatshmohn 07/09/2010 18:32



Quand j'entends "pouvoir d'achat", c'est bizarre, je pense pas "télé écran plat", "voiture dernier cri", "garde-robe de chez Dior", mais plutôt "manger ce qui me fait plaisir quand je veux" (et
pas me dire que bon, les pâtes c'est pas si mauvais et ça coûte quand même moins cher), "télé" tout court (ouais je l'ai pas et mine de rien les chaînes de bases me suffiraient bien (mon Dr
House, par exemple ), surtout qu'vaec la TNT j'ai découvert Torchwood quand j'ai eu la télé pendant un an et c'était pas
mal), "ciné" ou "soirée entre potes" sans culpabiliser parce que je devrais utiliser ma thune pour de l'utile et non pas de l'agréable... Quannt à la voiture, on verra quand j'aurai pu me payer
le permis ^^"


 


Alors, cher Ronuick, quand j'entends parler de "pouvoir d'achat", ouais je trouve que de toute façon y a pas d'espoir, mais je considère absolument pas que c'est du superflu de penser à l'argent.
Je suis pas vraiment matérialiste, mais j'aimerais pouvoir me payer des vacances, me payer un jour un séjour à l'hôtel avec piscine et vue sur des paysages d'Italie, un jour voyager dans un autre
pays (enfin, plusieurs mais là c'est carrément du rêve, voire du délire), et j'en suis très loin car je ne sais absolument pas de quoi sera fait mon avenir ; actuellement étudiante à la charge de
mon père, je crains le jour où je devrai me débrouiller sans lui, qui rame quand même vachement, et j'ai pourtant peur que ce soit encore pire une fois "indépendante" .


 


Donc techniquement je ne devrais pas me sentir visée par ton laïus un poil moralisateur, mais, comme tu t'adresses à la majorité, et que j'ai pas l'impression d'être une exception, je voulais
juste te rappeler qu'il n'y a pas 95% de gens qui cherchent toujours les trucs dernier cri ^^ et qu'on est beaucoup à aspirer à vivre simplement, sans s'inquiéter de demain. L'argent, c'est une sécurité, et une source de petits plaisirs qui aident à supporter pas mal de choses, on s'en rend
d'autant mieux comtpe quand on en manque.


 






Ronuick 07/09/2010 19:28



Encore une fois, je suis d'acord, dans la mesure ou perso je préfère savoir que j'ai un petit matelas à la banque qui me permet de parer aux urgences. A ce propos, je suis heureux d'être en
France car si j'avais été disons aux USA, avec la maladie de ma fille, entre traitements en hospitalisatin (ca coute cher la réa) nous serions endettés, sa maman et moi, à hauteur de 200000
euros. (non il n'y a pas de zéro en trop)


Le populaire ld it : l'argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue vachement. Ou bien encore "Tu veux savoir la valeur de l'argent ? Essaie d'en emprunter". Enfin un petit dernier :
"L'argent est un bon serviteur mais un mauvais maitre".


L'argent (sa possession en tout cas) a cette qualité : mettre à l'abri de l'inquiétude. Mais c'est d'autant plus facile si l'on ne se créée pas nous même des besoins.


Ceci dit, acheter de temps à autre un bon bifsteack (qui coute son poids en or et qui est écologiquement incorrect) me fait du bien comme aller au resto ou au bar avec des potes.


Je pense juste qu'on se créée beaucoup de besoins qui minimisent l'argent que l'on arrive à se mettre de côté justement au cas-où.