La minute fast-food : le commercial et le manager con

Publié le par Ronuick

La minute fast-foodienne

Avatar
Par ronuick
le 14/05/2010 à 16:06, vu 498 fois, 2 nombre de réactions
Info non vérifiée par la rédaction du Post.

 

 

P1000110.jpg

 

La minute Fast food : Le commercial arrogant, sa grosse berline et le petit con de manager.

Ca pourrait être une fable, mais non. C'est bien réél !

Un type arrive au drive avec sa grosse bagnole, l'oreillette bluetruc vissée à l'oreille.

"Un hamburger" qu'il me fait.

Bon, je ravale mon énervement.

"Pardon, je n'ai pas bien entendu ?!" (Qu'ouï-je ? Innocent)

Le type daigne enfin remarquer ma présence (Ah bon, c'est pas une borne automatique ?) "Un hamburger j'ai dit !"

"Oui, c'est bien ce que je pensais. (je joue un peu au con, l'air navré ) Mais il manquait peut-être un mot d'introduction"

"Hein ?" me fait l'autre avec des yeux de merlan frit, bouche bée (ce qui me fait admirer son magnifique chewing-gum vautré sur la deuxième molaire au fond à droite.

"Vous savez, comme "Bonjour". Ou peut-être êtes vous Allemand ? "Guten tag" ou alors..."

Le type m'arrête d'un geste de la main alors que je montrais ma science linguistique. Pire que le Rodolphe de la pub.

"Oh tu va pas me les casser hein ! Tu sais qui je suis ?"

Je me penche vers le type.

"D'abord je ne vous permets pas de me tutoyer, ensuite je me fiche de qui vous pouvez bien être".

Le type me regarde méchamment. Il réfélchit une seconde (parce qu'il n'est pas préfet ou un truc comme cela il n'a pas de titre à faire valoir)

"Je suis un client !" fait-il comme s'il annonçait qu'il était l'héritier du trône de France enfin légitimé.

"Oui, c'est bien ce que je dis, je m'en fiche" fais-je en haussant les épaules de manière ostensible. Et il le voit bien ! (C'était fait pour)

"Comment ?" fait le gusse en glapissant presque.

"Ben comme de ma première couche", lui réponds-je candidement. (Ben oui, il me demande des précisions). 'Oui, oui, celle pleine de méconium" continue-je devant son mutisme.

"Le client est Roi !" tente t-il.

"Ben justement" continue je en prenant mon air le plus con, genre intello transi "savez-vous que Louis XIV était exquis avec ses sujets ? Il ne manquait pas une occasion de dire bonjour." (véridique !)

"Mais tu veux quoi ? Combien tu gagnes à faire ton boulot de merde ? " fait le type, qui commence à être perdu, là où d'habitude une bonne gueulante, un petit coup de champignon sur son accéléarteur de grosse caisse suffisait à faire taire toute veilleité de contestation de sa supériorité.

"Nous voudrions que vous nous donniez du bonjour avant toute chose.Et nous ne sommes pas au Québec, donc vous gardez vos "tu" pour vos amis."

"Oh ! je me casse !"  fait-il en faisant crisser les pneus. L'estomac vide. En général, c'est quand on a les bourses vides après le bois de Boulogne qu'on accélère.

A l'employé qui est venu me demander qui c'était, j'ai répondu : "un malotru". Il a bien aimé le mot.

Toute ressemblance avec la minute blonde n'est nullement une coincidence. C'est une manière de rendre hommage à une bonne manière de rire.

Publié dans La minute

Commenter cet article

Eric G. Delfosse (Pomme) 19/06/2010 21:54



Un malotru ? Fichtre donc, messire, vous lui avez bien fait ravaler céans ses paroles de cuistre, à l'impertinent !



mam' Dez 19/06/2010 00:40



Pardon de commenter ici, mais pas moyen de laisser un comm' sur ton article McJob (ou alors j'ai pas compris, ce qui ne m'étonnerait guère!)...


Comme j'ai eu l'occasion de le dire à la suite d'une chronique de Jess, les "McJobs" (je n'avais jamais entendu ce terme auparavant) m'inspirent la plus grande admiration! J'ajoute à ceux-là les
jobs de serveur, de caissière, et tous ceux où le client pense précisément pouvoir être "servi" comme un roi...


Faut être blindé, waouh!


Ces employés courageux sont ceux auxquels je réserve mon plus grand sourire et mes plus sincères "bonjour" et "merci"!!! Avec tout ce qu'ils peuvent voir dans une journée, avec
le stress que peut induire un tel boulot... Non, franchement, chapeau!!!


Après, il y a évidemment toujours des personnes qui ne sont pas faites pour être en relation avec la clientèle (de toute façon on trouvera toujours des cons partout, ne serait-ce que parce qu'on
est toujours le con de quelqu'un d'autre)... Mais je pars toujours du principe que même cette personne-là, celle qui se montre peu souriante et moyennement affable, a probablement passé une
journée de merde à servir des clients de merde... Et je me dis que peut-être, je peux sauver sa journée avec un sourire!! Faut pas tout prendre pour soi et puis si on sourit à une personne, c'est
magique, c'est chimique: ça la fait sourire aussi! Alors, youpi!!



Ronuick 20/06/2010 19:16



Le sourire ne coute rien et produit beaucoup : la phrase est célèbre mais tjs d'actualité... Donc souriez souriez ! 


C'est une très bonne philosophie envers les "mcjobeurs"...