La Madeleine de Ronuick

Publié le par Ronuick

Vous allez me dire : en fait, pour c’lui là, tous les clients sont graves ! Statistiquement, non : ils doivent représenter 10 à 20 % de la clientèle.

Mais vous savez comment c’est : les tuiles, les trucs pas bien qui nous arrive, on les retient plus. Elles sont plus visible au milieu de tout ce qui peut arriver.

Le service client c’est la même chose. A point d’arriver à un certain paradoxe : on a tellement l’habitude de se faire enguirlander par les clients que quand il y en a un vraiment sympa, on se pince, on se le note, on a envie de graver la date, l’heure dans le marbre et de lui décerner le prix Nobel de la paix.

Je vais pas rentrer dans la polémique. J’aime bien Obama (en tout cas ça change de son prédécesseur), mais je pense qu’on lui a décerné le prix Nobel de la Paix pour tous les espoirs qu’il nourrit. C’est déjà bien, mais je sais pas si c’était le souhait d’Alfred la Dynamite. Alors que là, le client sympa et tout et tout, la crème presque virtuelle, on devrait lui décerner une médaille !

Pathétique, hein ? Oui, car c’est ça qui devrait être la normalité. Un dialogue courtois, qui laisse de côté les petits problèmes de chacun (votre mauvaise nuit, la petite prise de tête avec le chef, la plus grosse avec le conjoint à propos de la visite de belle-maman) et on s’arrête juste un petit instant pour passer sa commande.

De même pour l’employé, me direz-vous. On n’a pas à subir, en tant que client voulant passer un petit moment en famille, les mauvaises passes de celui qui vous sert. On n’a pas envie de savoir qu’il a lui même passé une mauvaise nuit, la petite prise de tête avec untel… je vous laisse continuer.

 Donc, les clients sont des êtres humains. C’est con à dire, mais là on a tout dit. Ils sont donc imparfaits. Quelqu’un a demandé un jour si la guerre était humaine. Ben oui. C’est le propre de l’homme. C’est d’ailleurs le seul propre qui nous reste, puisque le rire est commun chez les bonobos (qui d’ailleurs adorent la bagatelle au moins autant que nous), et l’intelligence est répandue dans le règne animale du dauphin au poulpe.  Bref, ca vous casse le moral !

 Mais dans cette humanité, il y en a qui ont une saveur particulière. Je vais vous parler de Madeleine. Je ne sais pas son nom, mais son prénom on s’en souvient. Une femme admirable, d’une gentillesse extrême.

 Dois-je parler d’elle au passé ? Je le crains, oui. Madeleine venait souvent nous voir, nous, toute l’équipe, tous les matins, prendre son café et ses croissants. Atteinte physiquement par la maladie, elle rayonnait de cette gentillesse, de cette sagesse des gens qui ont tout compris à la vie au moment où celle-ci va partir.

Toujours un mot gentil, une petite blague. Et puis, à Noël ou à Pâques, c’était Byzance ! On la voyait arriver avec deux grands sacs pleins de chocolat. A partager entre toute l’équipe !

Puis, un jour, Madeleine n’est plus venue. Nous avons organisé un « pool téléphonique » en salle de repos pour avoir de ses nouvelles. Nous savions qu’elle était hospitalisée de temps à autre, mais nous ne savions pas où. Nous n’avions pas son nom, alors nous avons essayé tous les hôpitaux, mais plus aucune trace de Madeleine.

 En tout cas, elle en réconcilié certains avec l’humanité. Par ses petits gestes qu’aucun prix Nobel ne récompensera. C’est bien dommage.

 

Publié dans Société

Commenter cet article

Danyboy 06/06/2010 21:48



Merci pour le lien, je fais de même!


@+



Danyboy 06/06/2010 12:24



Kikou Ronuick

Un bref passage chez moi entre 2 hostos, j'en profite pour te saluer



Ronuick 06/06/2010 20:30



Merci pour le message. J'ai pu rigoler sur ton site autant en faire profiter mes lecteurs, t'es en lien. A+ !



Lili 22/05/2010 01:15


Bonsoir, j'ai découvert ce blog à travers l'interview, j'aime bien ce regard sur les gens, les petites choses de la vie, un peu décalé.
C'est ce que je tente d'exprimer aussi sur "Lili dans le métro", la vie quotidienne dans les transports en commun ...après avoir dévoré un big mac à la pause déjeuner...


Brune 21/05/2010 16:03


Bravo pour ce blog que j'ai découvert via l'interview. J'aurais pu répondre presque mot pour mot la même chose. Tout spam mis à part je t'invite à faire un tour sur mon blog où j'y raconte mes
expériences avec la clientèle rencontrée via mes divers petits jobs.