Histoire (non belge cette fois) ou fable...

Publié le par Ronuick

C’est un jeune trader qui se souvient un jour qu’il a un grand père. Alors il décide de lui rendre visite, là-haut, dans son petit village de l’arrière pays. C’est l’occasion de faire rugir le moteur de sa puissante voiture de sport dans les côtes et dans les virages.

 Il arrive enfin devant la vieille maison familiale, et il se gare dans la cour, juste devant le papy qui est tranquillement assis sur son banc, l’œil malicieux derrière une mèche de cheveux blancs.

Salut, papy ! Fait le jeunot en s’extirpant de son bolide.

-        - Hé, gaillard ! Tu t’es donc souvenu que t’avais un grand père ?

-        -  Oh, tu sais papy, j’étais bien occupé, ces temps ci. T’a pas connu çà, toi, de ton temps Tu sais, ca tombe pas du ciel ces beaux engins là !

-       -Oui, c’est bien comme le raisin de nos vignes, allez… Mais dis moi, c’est quoi, çà ?

 

L’œil du jeunot s’illumine.

« ca, papy, tu vois, c’est la quintessence de la qualité allemande. Un moteur V8 poussé à 350 ch. Je te dis pas la puissance. Et puis ca consomme, hein. T’imagine pas ce qu’il faut pour nourrir ce petit tigre. 40 L au 100 !

-         -  Oh, eh ben c’est comme le vieux Ford, là bas, celui que j’ai récupéré après la guerre.

-         - Ouais, mais là je te parle qu’en première. Et puis tu restes pas longtemps en première. Et puis tu sais, j’ai même des sièges inclinables à 180 degrés. Vachement utile parfois !

-       - -   Oui, c’est ben pratique quand tu tombes en panne, continue le vieillad l’œil guilleret.

-       C’est pas pour ça, papy, t’es vieux jeu ! Et ça tombe jamais en panne, ça, papy, c’est fini ce temps là ! Et puis avec la voiture, t’as une assistance 24h/24 mais une vraie. On vient te chercher en hélicoptère s’il y a plus de 10 minutes d’attente pour un axi.

-         -   Hé bé… Mais dis moi, comment tu gagnes ta vie, toi ?

 

Parler de la voiture, c’était rien. Là, le coq monte sur ses ergots et gonfle ses crêtes.

 

-Hé ben je suis trader. Ca veut dire que je vends et j’achète tout. Du blé, de l’or, des actions. Je m’en fiche du moment que ca rapporte.

- Mais ton blé, tu le produis ?

- Tu me prends pour un péquenot ? Bien sur que non je produis pas. Je vends et j’achète, je viens de te le dire !

- T’es un peu comme le cousin Gédéon.

- Qui ?

- Celui qui bosse à météo-Fance. Tu bosses pour du vent, quoi !

 

- Ah mais là je te parle de cyclones ! Tu sais, l’autre coup, j’ai ruiné un autre trader à Hong-Kong en spéculant sur le cours du riz. Je lui ai fait ravaler ses sashimi !

- C’est japonais le sashimi. Hong Kong c’est pas en Chine, petit ?

- Oh, tu sais, c’est pareil. Alors voilà ce que je fais pour gagner ma vie. Et tu vois, ca réussit !

 

Et là le vieux se lève, s’arc boutant sur sa canne. D’un souffle, il fat voler sa mèche et il s’approche du jeune et lui prend l’épaule.

 

-       Tu vois, mon petit. Je t’ai toujours dit qu’il fallait bien écouter. Je t’ai pas demandé comment tu fais pour te remplir les fouilles. Je t’ai juste demandé ce que tu faisais pour gagner ta VIE.

 




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eric Pomme 08/12/2010 21:34



Tout est dans la nuance !



Céline 08/12/2010 18:22



Il y a combien de personnes qui font la différence ???


Je saurai le replacer celle-là tiens, elle me sera bien utile ! Dès samedi peut-être...


Merci Ronuick !