Des crêmes !

Publié le par Ronuick

 

 CRoyez pmoi ou pas, je n'ai rencontré hier soir que des clients... super; Cela dit sans ironie aucune. Enfin, si, un peu, mais laissez moi vous raconter.

 

 Hier, tout à vraiment mal commencé. C'était ma première fermeture depuis fort fort longtemps, et lorsque j'arrive, c'est Stalingrad. Ma collègue me fait  "désolée, Nico, on s'est fait démonter la tronche". Sous entendu : il y avait plein de clients et pas forcément beaucoup de personnel pour répondre à la demande. Il n'y a donc pas à se sentir désolé si la préparation du "terrain" n'a guère avancé !

 Et le manager que je suis s'est donc vite retrouvé "posté", c'est à dire affecté à un poste dont il doit gérer son terrain, le nez dans le guidon, ce qui n'est ni agréable ni très efficace... Et la soirée commence. C'est long, surtout pour les clients. Mais je n'en ai pas entendu un râler, et pourtant, j'étais au service, s'ils avaient quelque chose à dire, ils avaient le responsable juste à leur portée.

 Non, c'était du : "Bon courage, hein !" "Ben dis donc, c'est comme çà tous les jeudi soir ?" et tout à l'avenant. Je suis allé voir mon collègue en lui demandant de me pincer...

Même ceux qui se moquaient du fast-food "Oh, vous savez, c'est du fast-food, hein !" étaient plsu gentiment moqieurs que franchement arrogants. Le rêve, quoi !

 

Et même en fin de soirée, alors que l'attente au drive (due à une affluence aussi soudaine qu'inattendue) n'a donné lieu à aucune récrimination. Oh, il y en a bien un qui a fait : "Vous pensez qu'on va être servi encore aujourd'hui ?" Mais aussitôt après : "Il est minuit moins 5, je pense que non, mais on est en vacances !".

Le plus fort c'était celui là : "Vous êtes le seul drive encore ouvert ?" "Ben oui" que je dis "oui, il y a un peu d'attente".

"OH, on va pas vous embêter... Vous avez assez à faire. Ecoutez, on va aller de l'autre côté de la frontière, là ils sont ouverts 24/24. Bon courage !"

J'ai cherché une" explication rationelle à toute cette politesse : "Bonsoir, M'sieur, Excusez-nous, Merci, Bonne soirée, est ce qu'il serait possible de..." Tout le répertoire courant de la politesse française y est passé, de même que l'emploi du conditionnel. Même les jeunes s'y sont mis et l'un d'eux s'est excusé de s'être laissé emporté avec sa musique :

"Euh, pourriez vous baisser, s'il vous plait ?"

"Oh ! Zut, j'avais pas fais gaffe. Excusez-moi M'sieur !"

Et d'optempérer sans problème.

Alors était-ce une question de météo ? (il faisait pas trop chaud) Est-ce que tous ces clients avaient lu ce blog ? (Je crois pas, non...) Bref, j'en suis encore aux conjectures. En tout cas, tout était super agréable...

Mais non, il y a quand même eu le type de 1h10 qui comprenait pas pourquoi je refusais de le servir.

"Ben, nous sommes fermés !

- Oh, tu fais ton malin, devant tes caméras.

-Non, c'est pas faire son malin, c'est juste vous expliquer la vie. Quand c'est fermé, c'est fermé !

- Rappelle moi bien de ma tronche, hein !

- Hop, déjà oubliée ! Au revoir Monsieur !"

 

Il en faut toujours un, de comme çà, mais des soirées comme çà, malgré la galère que ç'a a été, j'en redemande...

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Seb 14/08/2010 15:19



Je suis bien content pour toi ^^


Hélas, si seulement cela pouvait être un quotidien, tu n'aurais pas à marquer cette soirée d'une pierre blanche sur le calendrier ^^



Ronuick 18/08/2010 08:38



Une pierre blanche ? J'ai mis un ex-voto dans une chapelle !



mam' Dez 10/08/2010 15:56



Aaah! Voilà qui met du baume au coeur, au milieu de toutes ces vicissitudes!



Eric G. Delfosse (Eric Pomme) 09/08/2010 02:42



A cause de l'éruption solaire, peut-être ?



Ronuick 09/08/2010 06:38



Une ancienne collègue (qui bosse dans un autre restau) m'a demandé si tout cela n'était pas un rêve... Ben non, j'ai bien eu toute une soirée avec des clients super !