Debriefing

Publié le par Ronuick

 En tant que responsable dans la fastfoodie (on dit "Manager", alors que ma fiche de paie indique "Assistant de Direction"), nous avons parfois à gérer un passage difficile.
Avant, il y avait, au moins pour les garçons (sauf en Israël), le rite initiatique du service militaire pour marquer le passage à l'âge adulte. On a eu ensuite, sans distinction de sexe (ou quasi), le permis de conduire.

 Mais il y a un autre moment intense dans la vie d'un jeune adulte auquel on ne pense pas toujours. j'en imagine certains avec un sourire en coin. Ben non, c'est pas çà. Ben oui, tout le monde y pense, au sexe !

 Non, ce qui marque la vie de beaucoup de jeunes adultes, c'est le passage de l'autre côté de la barrière. Quand on passe de l'état de "client" à celui de "serveur" (ce terme regroupant an fait beaucoup de métiers, tous en rapport avec le service à la clientèle).
Ca fait un choc... Première mission : endurer les remarques, l'absence de politesse, les pétages de plomb aussi... Alors, au fil du temps, on apprend à "gérer" cela. On a monté une vraie cellule d'aide psychologique !

 Bon, en fait, ça se résume à cela : en formation ou juste après un éclat de voix d'un client, dès qu'on a un peu de temps, on prend l'employé à part, et on lui énonce ces queqlues vérités :

 - Le client en a contre l'entreprise, c'est pas personnel. (bon, il fait souvent un transfert)
- Reste le plus calme possible. En cas de proiblème, tu m'appelles. J'ai une cravante et je suis payé plus que toi justement pour me faire engueuler à ta place.

Et ce qui marche le mieux : dis toi que la personne à plaindre, c'est le con qui t'a soulé. Il a du passer une très mauvaise journée ! Imagine, il a peut-être été engueulé par son chef, il a du poireauter une heure à la poste, c'est peut-être à cause de la grève, son chien lui a pissé sur le pantalon ou son gamin a fait ses dens sur un rapport ultra urgent. Ou alors, il n'a pas eu ce qu'il voulait hier soir au lit. Tu vois, il est plus à plaindre que toi.

 Mais après ce débriefing, il ya toujours une question lancinante qui reste à l'esprit de ces jeunes employés, pas vraiment préparés à cette épreuve du feu (bon d'accord, c'est pas Verdun, mais allez donc prétendre que l'école prépare à çà ?!)...

Est ce que les gens sont comme çà tout le temps, ou bien sont-ils comme çà parce qu'ils sont au fast-food ?

 Variante : est-ce que le chien agite la queue parce qu'il est content, ou bien est-il content parce qu'il bouge la queue ?


Publié dans Société

Commenter cet article

Le Maître des Bouviers 31/05/2010 11:27


Pour répondre à la dernière question de l'article, et pour faire oeuvre didactique de salubrité publique. Oui, je suis comme ça : "la bonté" est mon autre pseudo.
Le chien ne remue PAS la queue (on dit le "fouet") parce qu'il est content (ni l'inverse) mais parce qu'il est anxieux.
La traduction du battage de fouet est : "Je ne sais pas trop ce qu'il va m'arriver, j'espère quelque chose d'agréable."
Abordez donc TOUJOURS avec circonspection un chien qui remue la queue.
Le vrai sourire du chien (oui, les chien ont le sens de l'humour contrairement aux chats qui sont fourbes) c'est quand le fouet est immobile et parallèle au sol, la gueule légèrement entre-ouverte
et un petit bout de langue qui dépasse.


Ronuick 31/05/2010 11:37



Merci pour l'explication. Mais il y a un peu de parti pris envers les chats, non ? Bon, mes chats ne sont pas représentatifs, ce sont des "chats-chiens"...