Arretons un peu de rigoler : le Noma.

Publié le par Ronuick

 

J'ai découvert cette maladie par un pur hasard. En lisant un ouvrage de Maxime Chattam, le "sang du temps". Je ne vous raconterai rien du livre, à vous de le lire. 

Donc, j'ai découvert cette pathologie appelée « noma ». Pourquoi j'en parle ici ? Pourquoi pas du sauvetage des bébés ours qui sont si mignons ?

Parce que j'ai beau être écolo, je me demande pourquoi on sauverait les bébés ours et pas le Calobate de Sumatra. Ou encore l'archéoptéryx (ooops, celui là a disparu avec ses cousins les dinosaures). Mais vous voyez l'idée, non ?

 Et puis surtout, parce que le noma est une maladie terrible, foudroyante, et surtout facile à guérir. Alors que je vous parle de fast-foods, de nos petites passions pour les hamburgers, les frites, bref pour toutes ces choses qui nous ont fait oublier la famine qui sévissait sur notre continent il y a encore un siècle (pensons à la Famine de 1848 en Irlande qui fut à l'origine de l'émigration irlandaise en Amérique), on a encore faim dans le monde.

 Notre dernière grande crise liée à la sécurité alimentaire ? La vache folle, à cause de notre excès de viande, de nos méthodes d'élevages qui marchaient sur la tête. Avant cela, il y a eu l'ergot contaminant la farine à Pont St Esprit (Gard) en 1951, dite du « pain maudit ». Résultat, une épidémie de "Mal des Ardents" qui défraya la chronique. Depuis, on va bien. Trop bien, même, puisqu'on a trop à manger. Y compris dans les fast-food.

 

Imaginez donc que le noma est une maladie liée uniquement à la malnutrition. Ces malades (des enfants dans la quasi totalité des cas, ce qui renforce son côté injuste) ne le seraient pas s'ils avaient assez à manger. Même pas des médicaments couteux !

 

Non, rien d'autre que de la nourriture. Celle que nous gaspillons chez nous. Celle qui leur manque car nous avons besoin de ces produits cultivés dans ces pays en lieu et place des cultures vivrières : café, cacao, arachides (va falloir que je freine, moi), coton...

Donc, si vous ne voulez (ou ne pouvez) pas aider ces gens financièrement, faites gaffe à ce que vous achetez au quotidien. Si vous pouvez, allez sur www.nonoma.org

 

 

 

fondation1.jpg

 

Publié dans Société

Commenter cet article

Klatschmohn 05/06/2010 21:14



Sauf que la comparaison avec l'anorexie ne me paraît pas si judicieuse que cela, puisque c'est une maladie psychologique avant tout...


Donc certes ces deux pathologies sont graves et concernent la nourriture, mais elles n'ont quand même rien à voir.



Céline 28/05/2010 10:09


Je ne connaissais pas non plus cette terrible maladie.
Etrange de penser qu'en France on ouvre des centres contre l'anoréxie...
Un monde entier nous sépare....


Ronuick 28/05/2010 11:35



Judicieuse mise en parallèle ! Je fais rarement des coups de gueule (quoique) mais là, je trouve cela particulièrement injsute. Et dire que notre pays "des droits de l'homme" trempe dans des
magouilles qui aggravent le problème. C'est à vomir.



mam' Dez 28/05/2010 02:11


J'ai connu une jeune fille qui avait souffert de cette maladie... Bien qu'elle soit aujourd'hui parfaitement intégrée dans un pays européen, elle est défigurée à vie... La malnutrition fait des
ravages parfois irrécupérables... À côté de ça, il y a le manque d'eau potable et les enfants qui meurent du choléra, du typhus ou d'autres maladies liées à la consommation d'eau souillée... Si
jamais, une association qui fait du vrai bon boulot en toute transparence: Helvetas... Mais aussi Action contre la faim. Merci pour cet article!


Eric G. Delfosse 28/05/2010 01:46


Oups... Connaissais pas... Jamais vu cette patho qui ne se rencontre apparemment pas chez nous... Mais ça fait froid dans le dos...